Algues : à l’heure du bilan

Vendredi dernier, les représentants des communes de Sarzeau, Arzon et Saint Gildas se sont réunis au centre technique municipal de Sarzeau afin de dresser un bilan de la campagne estivale de collecte d’algues, en présence des entreprises Launay et Oillic, titulaires du marché.

Avec 15 000 m3 collectés, contre 3 000 en moyenne durant les 6 années précédentes, c’est à une situation exceptionnelle par son ampleur qu’ont été confrontées les municipalités et les entreprises. Du jamais vu, en 15 ans de métier, pour ces dernières qui observent une transformation progressive du milieu naturel.

La commune de St Gildas a été la plus impactée, totalisant à elle seule plus la moitié du tonnage retiré des plages. La facture s’élève ainsi à près de 96 000 € pour 8 100 m3.

Si l’on considère que plus de 87 % des volumes ont été collectés en 3 semaines seulement, on imagine la pression vécue par les municipalités et les entreprises au mois d’août, au plus fort de la crise. Ces dernières, dont le professionnalisme a été salué unanimement, n’ont pas ménagé leurs efforts pour gérer la situation, mobilisant tous leurs moyens, humains et matériels, jour et nuit. Des prestataires extérieurs ont même dû ponctuellement être appelés à la rescousse.

Cette réactivité et la capacité d’adaptation dont ont fait preuve les deux prestataires ont permis à la situation de crise d’être surmontée. Les opportunités d’épandage qui se sont présentées - 300 hectares de terres réparties entre 17 exploitations agricoles - ont également été un élément de cette réussite avec des parcelles dépourvues de cultures en ce mois d’août.

L’épandage ne constitue pas une solution pérenne en cas d’échouages massifs et répétés. C’est pourquoi, en présence d’une matière première aux nombreux débouchés, la question d’un nouveau mode de valorisation des algues au niveau local mérite d’être posée. Ce sera l’enjeu des prochaines années.